Laurent Colomb                              

 

Sentir le souffle, sentir les mots qui naissent au bord du souffle, sentir les mots qui naissent et qui disparaissent qui naissent et qui s'envolent qui partent qui ne reviendront plus jamais. Sentir les souffles qui font les mots dans le corps, sentir les idées qui se transforment qui deviennent des mots qui parlent et qui disparaissent qui s'envolent qui partent et ne reviendront plus jamais. Sentir la disparition des souffles dans le corps, sentir combien les souffles sont et puis meurent combien les idées sont souffle et puis disparaissent combien les mots sentir qui s'envolent et parlent, disparaissent. Sentir les combien les idées sont souffle et puis le souffle partir. Sentir les s'envolent qui se transforme et ne reviendra plus jamais. La disparition du l'idée et puis de la mot qui sont souffle qui partent et ne reviendront plus jamais. Du l'idée de la mot corps. Sentir la mot corps. Sentir la mot. Souffler la mort et puis sortir.


Sortir le corps, sortir le tout entier, marcher avec le corps, respirer avec, ouvrir la bouche, laisser passer l'air, laisser entrer l'air se répandre dans le corps, marcher le tout entier dans l'air, ouvrir le laisser se répandre qu'une idée se forme puis sortir du corps qu'une idée se forme puis jaillir du corps tout entier rempli d'air, expulsé, rempli d'air expulsé. La laisser dire avec le corps la laisser dire avec la bouche en forme d'air d'où ça jaillie l'idée sortir et tout entier du corps le souffle à idées respire et tout entier du corps le souffle à idées dire combien l'air ça ouuuuuuuuvre le corps. Et le tout entier jaillir d'où le corps se laisser respire qu'une idée se répandre avec la bouche.

Ha, Heu, Hi, Ho, Hu

Scène

Théâtrographie

Ha, Heu, Hi, Ho, Hu I Extrait

> Photos

> Extraits de texte